Après un hiver interminable et en ces premiers jours d’un printemps tant attendu, sur quels thèmes intéressants pourrions-nous converser sans être  fâcheux ? Alors que la nature déploie ses charmes naissants, de quels plaisants objets pourrais-je vous entretenir, chers compatriotes d’une nation si douée pour les traits d’esprit et l’art des bienséances?  Ou bien, contrefaisant mon Alceste, quels travers humains vouer aux gémonies, sur quels ministres  épancher ma bile ? Et bien mes amis, c’est triste à dire, aucune pensée ne me…