Dès que l’on sort des mots de tous les jours et de la communication interpersonnelle, le danger qui nous guette est de parler pour ne rien dire. Ce n’est pas très grave lorsqu’on  en est conscient, cela le devient davantage lorsque l’on ne s’en rend plus compte. Et c’est ce qui est en train de nous arriver. C’est ce que dénonce Roger-Pol Droit[1], dans  une tribune intitulée « l’ère du blabla » parue dans Les Echos du 9 mai 2014, aussitôt relayée…