Malgré notre propension nouvelle à détecter et interpréter les « signaux faibles », il en existe de tellement faibles que nous ne les captons même pas. Et pour cause, il n’y a pas ou plus de signal. Evidemment, l’absence de signal est difficile à détecter, sauf pourrais-je dire en creux, par déduction, comme les astronomes parviennent à pressentir l’existence d’une planète invisible aux instruments. Cette absence ou disparition du signal n’a à ma connaissance pas de nom, sauf en politique. J’ai nommé…