La communication, comme la grâce, est nécessaire mais pas suffisante. C’est pourquoi ce ne peut être durablement un métier, au mieux une maîtrise technique qui n’est rien sans le désir profond de connaître, de comprendre et de participer. On savait le terme “communication” suspect, la notion galvaudée, la profession discréditée. Voilà Marine Le Pen qui plante l’estocade, en accusant le gouvernement de “sombrer dans l’apathie et la communication”. C’est dire, l’affaire est pliée. Nécessaire, indispensable, certes. Incontournable, puisqu’elle est “partie…