Alors que les français et une bonne partie des humains de la planète sont confinés chez eux pour endiguer la pandémie mondiale du COVID 19, qu’en est-il de nos campagnes? Vrombissent-elles, hululent-elles, brament-elles, pépient-elles, bruissent-elles, comme nous nous plaisons à l’imaginer? Ces territoires reculés sont-ils restés tels que nous les rêvons, suspendus entre deux vacances, conservant pour nous, nos futurs plaisirs d’été, leurs odeurs, leurs saveurs, leurs lumières, leurs mystères?  Nous les avons quittés parce qu’ il n’y avait rien…