Passionnante émission sur Arte le 23 janvier 2011. Bien-sûr, ce n’est plus très frais, mais au regard de l’âge du sujet traité, c’est un détail. Jugez-en puisque je parle de la “tombe 33”, immense mausolée encore partiellement inexploré et plein de mystères à deux pas de la Vallée des Rois de l’Egypte ancienne. Ce tombeau – ce musée? – gigantesque s’avère n’être pas celui de Pharaon, mais d’un maître-érudit de la religion des pharaons, qui a voulu semble t-il transmettre à sa postérité immédiate et pour celle des siècles des siècles une synthèse codée et énigmatique de la religion des pharaons.

Donc à première lecture, une histoire à la Borgès, avec le sentiment étrange engendré par le constat ahurissant que les formidables moyens déployés pour la construction de vrais mausolées pharaoniques aient pu l’être également pour une “fiction”. Cela m’a pas mal turlupiné, jusqu’à ce qu’une intuition farfelue mais saisissante me réveille en pleine nuit, la sueur au front… Et si c’était là le “livre des livres” de la religion de l’Egypte ancienne? LA BIBLE des pharaons?  Une bible non pas faite de papyrus, mais des galeries interminables, recouvertes de plaques de hiéroglyphes gravés -en relief s’il vous plait – d’un immense labyrinthe de pierre.

De ces espaces infinis, ce n’est pas le silence qui m’effraie, mais leur indéchiffrable et interminable murmure.