Panier_tress_3En ces premiers jours de l’année 2011, je voudrais vous souhaiter mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année. De « bonheur, santé, réussite à vous et à vos proches», puisque c’est la formule instaurée par ce rite centenaire, voire millénaire. Or, sur le seuil de cette deuxième décennie du troisième millénaire de notre ère, chacun de nous ressent l’importance – et l’urgence – d’interroger nos rites, nos moeurs et nos idées reçues. Les idées que nous nous faisons du bonheur et de la réussite en font partie.

Que signifient « bonheur » et « réussite » quand nous sentons que nos sociétés sont en échec sur les principes mêmes consacrant les sociétés dites «avancées » ? que la « réussite » se réduit à la conformité aux signes d’une « reconnaissance sociale » qui ne reconnait plus rien sinon les attributs de l’argent et de la célébrité ?  quand nombre de nos adolescents – les plus exigeants – n’y trouvent plus ni espoir ni désir.

Le petit opuscule d’un très vieux monsieur, « Indignez-vous ! »[1], paru en fin d’année, a rencontré contre toute attente un formidable écho, toutes générations confondues. Cette petite voix, à peine un murmure, dénoncant un ordre du monde présenté comme nécessaire et inéluctable et appelant à refuser l’inacceptable, relayée par Daily Motion le 31 décembre, a transmis une onde de bonheur et d’espoir à beaucoup…Nous rappellant que le bonheur, comme la réussite, sont d’abord des émotions, et ne sont fortes que quand elles sont partagées.

Mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année seront donc des voeux d’émotions. Fortes et bonnes, de celles que l’on partage et qui nous donnent envie de vivre intensément.




[1] Stéphane Hessel, « Indignez-vous ! », Indigène Editions, novembre 2010