A mes lecteurs auxquels je n’ai pas déjà présenté mes voeux pour 2012, bonne et heureuse année!!

cumulonimbus

Même si chacun d’entre nous se demande ce qui va nous tomber dessus après près de 4 ans d’accumulation de cumulo-nimbus à l’aspect sinistre, l’amusant en ce début d’année est de se consoler en se disant que les pauvres humains que nous sommes ne sont pas vraiment aptes à juger avec lucidité de ce qui est bon ou mauvais pour eux. Ce que nous pensons être mauvais pour nous s’avère quelques années plus tard bénéfique, et inversement. J’entends encore Clint Eastwood résumer la morale de l’histoire du petit oiseau : “quand quelqu’un te met dans la merde, ce n’est pas toujours pour te nuire, et quand quelqu’un te sort de la merde ce n’est pas toujours pour ton bien”. Vous me direz que j’oublie la morale de la morale, qui est que dans tous les cas “il vaut mieux fermer sa gueule” (je cite), mais alors mon blog ne serait plus un blog.

Où en étais-je? Dans mon précédent post, je vous avais promis de vous parler de Wikipedia et d’A3iS. Pour ce qui est de Wikipedia, je ferai court. Faites comme moi : faites un don, c’est le moins que l’on puisse faire pour cette fabuleuse entreprise collective. Et pour A3iS? Et bien c’est très simple. A3iS est un bureau d’études informatiques dont les dirigeants – Jean-Emmanuel Grau et Fabien Rico – sont des informaticiens comme je les aime.  Tout particulièrement quand ils s’attaquent à une cause a priori désespérée: faire entrer des commerciaux dans un ERP pour permettre à l’entreprise de connaître son portefeuille d’affaires en temps réel et savoir ce qu’elle a dans son pipe (ses prévisions de vente). La démarche d’A3iS – et la solution qu’ils ont développée – consiste à faire comme Lagardère : faire aller l’informatique aux commerciaux, grâce à un pont (un workflow astucieux) entre leurs tableurs Excel et votre ERP qu’ils détestent. Et ça marche!

Bref, le contraire de l’alignement, de la mise au carré et de l’évangélisation à à marche forcée (et ratée) par des “consultants en conduite du changement” qui ne sont en fait que les “après-vente” de l’éditeur. C’est ça l’informatique de demain! Comme le web2.0, le système d’information n’est efficace que conçu et mis en oeuvre par des gens qui font, pas par ceux qui font faire (aucune allusion aux éditeurs d’ERP).

Je m’étais promis de ne pas parler des marchés financiers dans ce post, mais bon c’est plus fort que moi. Jetez-donc un coup d’oeil au point de vue d’Olivier Favereau, professeur d’économie à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, dans Les Echos. Cela vaut le déplacement :

http://www.lesechos.fr/opinions/points_vue/0201838600896-bourse-quand-les-experts-prevoyaient-un-bon-millesime-2011-274567.php

“L’énigme réside dans la quasi-unanimité des erreurs d’appréciation de l’avenir économique et financier”. Comme nous dans nos propres appréciations de notre avenir. Quand je vous disais…