Blog

La communication pervertie

La communication, comme la grâce, est nécessaire mais pas suffisante. C’est pourquoi ce ne peut être durablement un métier, au mieux une maîtrise technique qui n’est rien sans le désir profond de connaître, de comprendre et de participer. On savait le terme “communication” suspect, la notion galvaudée, la profession discréditée. Voilà Marine Le Pen qui plante l’estocade, en accusant le gouvernement de “sombrer dans l’apathie et la communication”. C’est dire, l’affaire est pliée. Nécessaire, indispensable, certes. Incontournable, puisqu’elle est “partie…

Read More

Complexe? Je reste perplexe

C’est arrivé sans crier gare, mais ça y est : nous vivons dans un monde COMPLEXE. Pas compliqué, ni tordu, ni incohérent, non. Complexe. Devenu en quelques années un poncif des cercles intellectuels, la complexité du monde moderne s’est invitée jusque dans les conversations de comptoir : avant, c’était simple. Maintenant, c’est (tellement) complexe. En tout cas, la complexité est une notion bien commode, excellente excuse pour  les velléitaires, les indécis, les imprécis et les démagogues, bref pour tous ceux…

Read More

Littéraires (suite) : même les américains s’y mettent

Une enquête menée auprès de 3 millions d’Américains a montré que, contrairement à ce qu’on croyait, les études littéraires ne mènent pas à des métiers moins bien rémunérés que les études techniques. Entre 56 et 60 ans, âge où le revenu est habituellement le plus élevé, ceux qui ont un diplôme de 1er cycle en littérature ou sciences humaines gagnent en moyenne chaque année 2 000 $ de plus que ceux qui ont un diplôme professionnel. Une grande majorité d’employeurs…

Read More

Réforme de l’enseignement : à quand la folie des hommes au programme?

Illustration : “La folie des hommes ou le monde à rebours”, Louis-Joseph Mondhard te Parijs, ca. 1765 “La folie des hommes”… L’expression, que déjà nous n’appréhendions sur nos bancs d’école que comme un poncif un peu abstrait,  faisait pourtant florès dans nos vieux manuels d’étudiants. Mais en tant que représentants  des toutes premières générations à n’avoir pas connu l’apocalypse sous une forme ou une autre,  nous ne lui accordions, entre flirt, bachotage et soirées enfumées surchauffées par les amplis saturés, aucune…

Read More

Cartel des volailles : vraiment?

Cartel des volailles, mai 2015. Pauvres volailles élevées en batterie! Pauvres salariés des volaillers,  victimes de plans sociaux à répétition! Et depuis peu, pauvres producteurs de volailles,qui se font plumer en toute légalité par les toutes puissantes centrales d’achat de la grande distribution! Dure loi décidément que ce principe de  “libre concurrence” imposées de Bruxelles par l’Autorité de la Concurrence qui, les yeux bandés comme  la Justice, protège les intermédiaires.  Toute la chaîne alimentaire – pardon – toute la filière  y passe.

Read More

Commerce b2b : amusez-moi, Benoit

S’il y a un domaine dans lequel les français sont supérieurement imbattables – pardonnez le pléonasme – c’est dans la complication. Cet excellence se retrouve en particulier dans les comportements d’achat en commerce business to business. Les cadors de la vente, les rois du marketing opérationnel, les “serial sellers” mondiaux se cassent régulièrement les dents sur notre spécificité nationale, arbre qui cache la forêt des entreprises qui n’ont qu’un point commun : se dire “pas comme les autres”. Alors que…

Read More

Bonnes résolutions pour 2015

Ces dernières années, tout a été fait ou presque, dans nos pays développés, pour  réduire aux maximum la dimension humaine dans les activités économiques.  Informatisation, robotisation, e-commerce,  automatisation de la relation client, rôle des managers réduit aux contrôles de “compliancy” et d’exécution de  processus, réduction comme peau de chagrin de l’employabilité, exclusion de la diversité, “clonisation” des recrutements… Et il me semble bien lire, dans l’optimisme béat sur l’avenir technologique comme dans l’urbanisme parisien qui se redessine, la contagion de…

Read More

On progresse

Pensée du jour. Je me souviens que quand j’étais enfant la coutume eskimau d’abandonner les anciens sur la banquise faisait frémir d’horreur. Aujourd’hui, notre société y abandonne des seniors même pas anciens et de jeunes adultes chômeurs ou dépendant financièrement des seniors. Et elle (la banquise) fond… L’horreur a fait place à un silence…blanc.

Read More