Marketing Management

Affaire(s) de principes

Quand on parle trop facilement de valeurs, c’est que l’on n’a plus de principes. Cet aphorisme de Jean-Pierre Beaudoin, conseiller du Président de Burson-Marsteller & ie dans un discours récent –  je cite de mémoire – m’a fortement interpellé. Car cette distinction difficile à établir entre « valeurs » et « principes » me semble importante en ce qu’elle  permet une lecture nouvelle de la crise de société que nous traversons et déterminante tant pour le climat des affaires au quotidien que pour l’avenir…

Read More

Marché de l’Emploi : Ici Houston, répondez…

Malgré notre propension nouvelle à détecter et interpréter les « signaux faibles », il en existe de tellement faibles que nous ne les captons même pas. Et pour cause, il n’y a pas ou plus de signal. Evidemment, l’absence de signal est difficile à détecter, sauf pourrais-je dire en creux, par déduction, comme les astronomes parviennent à pressentir l’existence d’une planète invisible aux instruments. Cette absence ou disparition du signal n’a à ma connaissance pas de nom, sauf en politique. J’ai nommé…

Read More

Ecrans de fumée

Dès que l’on sort des mots de tous les jours et de la communication interpersonnelle, le danger qui nous guette est de parler pour ne rien dire. Ce n’est pas très grave lorsqu’on  en est conscient, cela le devient davantage lorsque l’on ne s’en rend plus compte. Et c’est ce qui est en train de nous arriver. C’est ce que dénonce Roger-Pol Droit[1], dans  une tribune intitulée « l’ère du blabla » parue dans Les Echos du 9 mai 2014, aussitôt relayée…

Read More
Mona-Lisa-joconde-leonard-de-vinci-variante-5

B2B : c’est plus que c’était

Cela a mis du temps, mais ça y est. La relation commerciale et la vente d’entreprise à entreprise  subissent à leur tour leur révolution. Car la sphère internet permet aujourd’hui aux suspects et prospects,  cibles jusque-là relativement passives, de faire leur marché parmi les offres exposées sur la toile, sans être harcelés par des commerciaux zélés ni être contraints d’entrer dans le  douloureux et délicat processus de prise de décision d’achat… Du « safe shopping », en quelque sorte. D’où…

Read More

Le sens et l’émotion comme leviers de performance

Olivier Silvy, auteur d’un article particulièrement pertinent publié le 18 décembre 2013 dans Le Cercle Les Echos sous le titre «Management : une finalité obtient-elle plus de résultats qu’un objectif ? »[1], me fait l’aimable demande de dire pourquoi les littéraires savent mieux transformer une finalité en objectif, la tentative inverse – transformer un objectif en finalité – aboutissant immanquablement selon lui à un échec en terme de mobilisation et de stimulation de l’intelligence collective et émotionnelle des équipes. Cette question…

Read More

Ce que « communication responsable » veut dire

(De l’ostracisme à l’égard des « littéraires », chapitre 3) J’avais dit dans un post de début décembre que je reviendrais sur l’ostracisme dans le monde économique à l’égard des profils littéraires. Je veux bien-sûr parler de ceux qui ont choisi d’œuvrer dans l’économie réelle au lieu de suivre les voies tracées de l’enseignement ou de l’administration.  Quelle(s) compétence(s) les études dites littéraires développent-elles, et à quoi servent ces compétences ?  D’abord à appréhender les constantes qui régissent le lien social. L’étude…

Read More
2014

Pour une année 2014 “out of the box”

Image Jack in the box : legend : A Jack In The Box Santa By Dixie Allan 2013 est « dans la boîte », comme on dit dans les milieux du cinéma, et c’est tant mieux.Comme mon blog fait également la trêve des confiseurs, j’en profite pour vous souhaiter à tous des fêtes de fin d’année pleines de joie et vous présenter mes vœux pour une année vraiment nouvelle, donc « out of the box ».Cela passe par des résolutions enquiquinantes, mais bon…vous voulez en…

Read More

De l’ostracisme à l’égard des « littéraires », chapître 2

Aujourd’hui on parle partout, dans la communauté des communicants, des “contenus”. Autrefois, on parlait du “fond” , ce qui dénotait une certaine conscience de son importance. Ce terme de “contenus” est pour le moins minimaliste, reconnaissons-le, puisqu’il ne s’agit rien moins que du sens. Cette définition minimaliste reflète dans le domaine de la communication  la prédilection pour la “forme”, il est vrai beaucoup plus suggestive et excitante que le contenu….Surtout quand forme est au pluriel. Reste que cette dichotomie simpliste…

Read More

De l’ostracisme à l’encontre des « littéraires », chapître 1

La maîtrise du langage, longtemps considérée comme le propre de l’homme, serait-elle devenue en France une compétence mineure ? On en avait déjà le sentiment, à voir les compétences dites littéraires méprisées par des services de recrutement qui n’ont d’yeux que pour les profils d’ingénieurs ou de gestionnaires, à constater les difficultés croissantes d’expression écrite, voire orale, de bon nombre de cadres dans les entreprises,  ou encore à observer la dévalorisation économique des prestations de rédaction dans le secteur de la…

Read More

Avant-goût d’été (2ème épisode)

J’étais bien trop optimiste ou bien trop léger de titrer mon post de juillet dernier « Avant-goût d’été (1er épisode) » parce que « avant-gout d’été  (2ème épisode)» à la rentrée, ça ne le fait pas vraiment.  Pourtant ce dont je veux vous entretenir  est bien la suite des idées fortes amorcées dans mon 1er épisode. Le sujet d’aujourd’hui  est celui du savoir, ou plutôt comment « en faire l’économie ».  Voilà qui permettrait aux très petit nombre d’étudiants qui me lisent de repartir en…

Read More