Expérience tour-à-tour indignée, révoltée, patiente et finalement excitante et ébouriffante que de  vouloir se rendre de Paris à Beaugency un samedi  7 mai 2016, pour peu que l’on ait renoncé, privilège parisien, à la possession  ruineuse d’une voiture. Cela fleure bon les chroniques du temps des diligences. Et ce au beau milieu du pont de l’Ascension, qui vaut en l’occurrence le Pont d’Avignon, parce qu’on y danse, on y danse… La preuve. La SNCF, comme on le sait, pratique une…