Ces dernières années, tout a été fait ou presque, dans nos pays développés, pour  réduire aux maximum la dimension humaine dans les activités économiques.  Informatisation, robotisation, e-commerce,  automatisation de la relation client, rôle des managers réduit aux contrôles de « compliancy » et d’exécution de  processus, réduction comme peau de chagrin de l’employabilité, exclusion de la diversité, « clonisation » des recrutements… Et il me semble bien lire, dans l’optimisme béat sur l’avenir technologique comme dans l’urbanisme parisien qui se redessine, la contagion de…