Vu hier 22 mars sur Arte « Julie en juillet » de Fatih Akin, cinéaste allemand d’origine turque. Un film excellent qui montre bien comment l’Allemagne sait encore donner des ailes à de nombreux artistes, et représenter aujourd’hui un humus fécond et juvénil pour la création. Création, au sens de capacité à inventer la vie. L’âme allemande résiste bien à la sinistrose ambiante, contrairement à l’âme française (l’âme n’est pas dans le tempérament français). Ceci confirme ce qu’on me dit de plus…